DEBAT SUR LES ENJEUX DU NUCLEAIRE…

Séance du Conseil Municipal du 23 mai 2011

Lors de la séance du Conseil Municipal du lundi 23 mai 2011, les élus ont échangé pendant 40 min sur les enjeux des énergies, en évoquant tout particulièrement la centrale nucléaire de Fessenheim. L’opposition municipale a proposé une résolution s’inspirant de la motion de la Ville de Strasbourg concernant la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim.
Le Maire a présenté plusieurs projections relatant la cartographie des centrales nucléaires dans le monde et en Europe, celles implantées dans le bassin rhénan et un certain nombre d’éléments statistiques en matière d’énergies. Un débat constructif s’est installé entre les élus, qui partagent le même souci quant aux enjeux futurs en matière d’énergies… Ils ont également évoqué les besoins croissants au niveau planétaire et les comportements des usagers en la matière.

Date a été prise cet automne pour évoquer à nouveau ce point, lorsque le rapport relatif à l’inspection de la centrale nucléaire de Fessenheim aura été rendu public par l’Agence de Sécurité Nucléaire (ASN). Nous avons tous à cœur de préserver l’environnement, de réaliser des économies en matière de consommation énergétique et de tendre vers des énergies renouvelables dites propres, qui ne mettent pas en danger la vie humaine et la vie biologique en général.

Pour consulter les éléments d’information relatifs au nucléaire et à l’énergie, merci de télécharger la pièce jointe, ci-dessous.

 

 

DECLARATION RELATIVE A LA CENTRALE

 

NUCLEAIRE DE FESSENHEIM

 

La catastrophe naturelle, qui a brutalement frappé le Japon le 10 mars 2011 avec un bilan dévastateur déplorant plus de 11.000 victimes, nous a tous très profondément bouleversés.

Les dégâts subis à cet effet par la centrale nucléaire de Fukushima ont ravivé des angoisses dans le monde entier qui garde encore en mémoire le drame de Tchernobyl du 26 avril 1986.

Nous devons donc légitimement reposer avec gravité la question de la sécurité des installations nucléaires, en ayant pleinement conscience des plus vives inquiétudes rappelées à nouveau par les derniers événements.

La centrale nucléaire de Fessenheim, construite en 1970, n’échappe pas à ces lourdes interpellations qui sont partagées par tous les territoires directement concernés et auxquelles adhèrent évidemment la Ville d’Obernai et sa population.

Cette préoccupation majeure doit être mesurée à l’aune de la politique énergétique de la France dont l’indépendance avait été bâtie en grande partie et au regard de ses propres ressources sur l’option du nucléaire civil qui représente 80 % de la production électrique.

Devant l’extinction inexorable des énergies fossiles et à l’heure où la flambée du prix du pétrole atteint de nouveaux records historiques, nous ne pouvons qu’encourager la volonté de maintenir l’indépendance énergétique de notre Pays,  en développant activement des alternatives favorisant les énergies propres et renouvelables.

A cet égard et tout en maintenant l’option nucléaire à l’horizon 2020 au travers d’un générateur nucléaire de nouvelle génération devant remplacer la génération actuelle, la loi de programme du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique de la France avait clairement posé un axe fort de diversification du bouquet énergétique à partir de sources d’énergies renouvelables qui devaient satisfaire 10 % de nos besoins en 2010.

Les lois Grenelle 1 et 2 de l’Environnement d’août 2009 et de juillet 2010 ont porté à 23 % en 2020 la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale, en augmentant leur compétitivité tant dans la  production de carburants issus de la biomasse et du biogaz, que par le développement du photovoltaïque, du solaire, de l’éolien, de la géothermie, de l’aérothermie et de l’hydraulique.

Il reste donc un très long chemin à parcourir pour envisager une reconversion graduelle vers les alternatives énergétiques renouvelables qui devront en toute circonstance garantir un maintien optimal de l’indépendance énergétique de notre pays.

Cette réalité nous incombe par conséquent d’exprimer une position responsable sur le devenir de la centrale nucléaire de Fessenheim.

C’est pourquoi, le Conseil Municipal de la Ville d’Obernai, réuni en Assemblée Plénière du 23 mai 2011,

–    se félicite de la décision des pouvoirs publics de conduire globalement et sans délais des investigations approfondies sur l’ensemble du parc nucléaire français ;

–    souhaite que ces audits d’évaluation soient menés en parfaite transparence en publiant les résultats permettant aux populations de disposer de toutes les garanties sur la sécurité des personnes et des biens ;

–    assure ici aux autorités compétentes, et plus particulièrement à la Commission Locale d’Information et de Surveillance, sa confiance dans l’exécution de leurs missions et de leurs travaux ;

–    entend, tout en se gardant d’émettre des conclusions hâtives avant même la réalisation des contrôles programmés, qu’il soit tiré conséquence des résultats en prescrivant toute mesure répondant à l’impérieuse exigence de sécurité précitée ;

–    demande dans ce contexte que la centrale de Fessenheim, qui constitue la plus ancienne installation française en activité, fasse l’objet en raison de son âge d’un diagnostic renforcé envers lequel la Ville d’Obernai restera extrêmement vigilante ;

–    plaide en faveur d’une coopération accrue entre les pays du Rhin Supérieur afin de garantir une réciprocité de transparence ainsi qu’une harmonisation des mesures de contrôle et de sécurité ;

–    préconise, à l’instar de la Commission Locale de Sécurité instituée pour la centrale de Fessenheim, la mise en place rapide d’une commission transfrontalière pour garantir les échanges transparents d’information sur tous les sites implantés au niveau du Rhin Supérieur ;

–    souligne dès à présent, dans le cas où les contrôles devaient révéler des risques pour les populations rhénanes, que la Ville d’Obernai demandera instamment que toute mesure de prévention ou d’extinction du risque soit alors adoptée, cette position s’étendant bien entendu et le cas échéant à l’arrêt immédiat des centrales en cause, quelque soit leur localisation ;

–    prône en parallèle la promotion et l’essor des énergies renouvelables qui méritent que l’ensemble des acteurs impliqués y consacre une volonté et des moyens convergents,  et s’étonne dans ce contexte des contradictions issues de certaines frilosités ou freins parfois perceptibles, en citant pour exemples l’avortement du projet éolien du massif du Hohbühl  ou encore le moratoire relatif aux installations photovoltaïques ;

–    se réserve enfin et en toute circonstance la liberté de revenir sur la présente déclaration selon les évolutions à venir.

Laisser un commentaire

Maire d’Obernai, Pdt du CDC du pays de Ste-Odile Vice-Pdt du Conseil Départemental du Bas-Rhin

Design et réalisation :

Fermer le menu