GRIPPLE TRIPLE SA SURFACE

Extrait des DNA du 22.09.2011

Gripple triple sa surface


Que de chemin parcouru par la société anglaise Gripple, qui s’est implantée à Obernai en 1998. Le bâtiment construit en 2005 sur la zone d’activités sud doit s’agrandir pour répondre à de nouveaux marchés. La surface va tripler.

Gripple : une belle aventure née à Obernai, et qui se poursuit. L’expression de ce phénomène est déjà visible sur le terrain, avec les travaux engagés près du bâtiment situé au bout de la zone d’activités sud de la ville, en face de Botanic. Gripple (prononcer Grippel) va tripler sa surface. Le bâtiment actuel, caractéristique par sa forme en dents de scie, couvre 700 m². L’extension va apporter 1 500 m² supplémentaires.

La société prend ses aises sur le terrain. Rien d’étonnant pour l’observateur économique qui suit Gripple depuis son implantation à Obernai en 1998. En effet, la société n’a fait, depuis, que progresser. À l’époque, c’est l’Alsacien Denis Anthoni qui travaille au siège de Sheffield en Angleterre depuis une dizaine d’années, qui est chargé par son patron de déployer commercialement sur l’Europe les activités de la société anglaise.

Dès la pose de la 1ère pierre en 2004, le bâtiment était déjà voué à s’agrandir

C’est Obernai qui assure le rôle de tête de pont. Gripple fabrique depuis 1986 des systèmes de fixation de câbles par galets autobloquants. Le marché en Angleterre, c’est l’agriculture et la viticulture. Les fixations servent à tendre les clôtures de parcs et les câbles de palissage des vignes.

En Europe, c’est le marché en direction du bâtiment qui est visé. Et là, l’échantillonnage des produits s’étend. Chemins de câbles qui courent sous les plafonds, gaines suspendues, luminaires, faux plafonds, etc, sont autant d’éléments à maintenir en hauteur, pour lesquels les fixations automatiques Gripple montrent leur avantage sur les habituelles tiges filetées.

Denis Anthoni a démarré seul. En 2011, les effectifs à Obernai sont de 22 personnes. Mais comme le siège européen d’Obernai dirige les commerciaux itinérants en France, au Benelux, dans les pays germanophones, et comme il faut aussi compter les collaborateurs des filiales en Espagne, en Italie et au Portugal, c’est au total une trentaine de personnes supplémentaires qu’il faut ajouter. En 2004, lorsque la société fêtait la pose de la première pierre sur le site de la zone d’activités, Denis Anthoni l’avait bien précisé : le bâtiment qui allait sortir de terre était de toute façon destiné à grandir.

Le site d’Obernai sert de plate-forme commerciale et d’entrepôt. Comme le marché s’étend, il s’agit aussi de donner de l’air aux surfaces de stockage des produits en provenance des deux usines anglaises. Car il ne suffit pas de placer les produits, il faut aussi les acheminer aux clients sans risque de rupture dans la chaîne. D’autant plus que de nouveaux clients apparaissent dans les pays de l’Est.

Le siège d’Obernai devrait également se doter d’un centre technique destiné à la formation des salariés et des clients. Le montant de l’investissement est estimé à 1,5M euros. Autant d’argent ne fera pas seulement de Gripple Obernai un vaste plateau commercial avec entrepôt. La conception architecturale remettra au centre des deux ailes une vaste zone destinée à l’accueil des visiteurs. Mais pas seulement, les collaborateurs et collaboratrices y auront aussi leur espace convivial. Car Denis Anthoni, qui a obtenu carte blanche de son PDG pour le projet, compte bien adapter ici ce qui fait, dit-il, la force de Gripple : une politique qui rend les salariés acteurs de leur société. Le capital de Gripple vient d’ailleurs de leur être ouvert par le grand patron. Mais là, c’est une autre histoire.

Claude Robinet

Laisser un commentaire

Maire d’Obernai, Pdt du CDC du pays de Ste-Odile Vice-Pdt du Conseil Départemental du Bas-Rhin

Design et réalisation :

Fermer le menu